Les Écolabels (communication de type I)

L’étiquetage environnemental pour les écolabels officiels est normé par l’ISO 14 024.

Les Eco labels sont des certificats attribués aux produits les plus respectueux de l’environnement. Il en existe plusieurs types, de l’écolabel européen au NF environnement ou à l’Ange Bleu allemand…

Ces déclarations environnementales prennent en compte tout le cycle de vie du produit : du berceau à la tombe. Le problème réside dans le fait qu’ils sont nationaux, si bien que pour un produit qui a une dimension mondiale, il est très onéreux d’obtenir le label de chaque pays. Sans compter que les spécificités de chaque pays font que les critères choisis d’un pays à l’autre sont différents et peuvent rentrer en compétition. C’est le mode communication environnementale souvent utilisé pour du commerce en B to C.

Les Auto-déclarations (communication de type II)

La norme ISO 14 021 cadre les auto-déclarations environnementales.

 

Les auto-déclarations se font sur la seule responsabilité de celui qui les produit, c’est en général le fabricant. Il n’y a pas de certification ou de tierce partie qui fait la critique de cette déclaration. Il n’y a pas non plus de notion de cycle de vie du produit. La plupart du temps, on ne se préoccupe que d’un seul problème au cours d’une des phases de vie. On voit le pire comme le meilleur dans ce type de communication.

Les Écoprofils (communication de type III)

Les éco-profils sont normés l’ISO 14025

Les éco-profils sont la transcription des résultats d’une analyse de cycle de vie en une communication environnementale. Elle peut être certifiée ou non, et parfois faite avec une tierce partie qui vérifie les résultats de l’étude d’une part et la véracité de la communication d’autre part.